98.02.18

MENTEZ, MENTEZ...



Mentez, mentez...il en restera toujours quelque chose. A Berlin, en 1945, et jusqu'à ce qu'on entende clairement tonner les canons de l'Armée Rouge, il y a eu des gens pour croire que, V-2 aidant, le Reich allait gagner la guerre. Il y a des gens - autrement sains d'esprit - qui croient que l'inflation zéro est une bonne chose pour le monde ordinaire, et ce fut longtemps une vérité d'évangile que la masturbation rend fou.

C'est sans doute en partant du principe que n'importe quelle bêtise peut devenir la vérité si elle est répétée assez souvent et assez fort que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de mériter son allocation annuelle en s'inscrivant au registre de ceux qui dénoncent les ravages du cannabis.

Les faits sont inquiétants. Dans un moment d'égarement, l'OMS a fait faire l'an dernier une étude sur les méfaits du haschisch et de la marijuana. Comme toutes les études scientifiques sérieuses du même genre, celle-ci aurait conclu que ces substances réprouvées ne créaient pas d'emphysème, ne détérioraient pas les fonctions respiratoires, provoquaient une dépendance bien moindre que le tabac et l'alcool et, somme toute, ne représentaient pas pour la population un risque grave.

Horreur! Car on comprend que l'opinion de l'OMS pourrait avoir un impact positif sérieux sur les campagnes de légalisation du cannabis ... et un impact négatif tragique sur la politique officielle des U.S.A et inféodés de dépenser des milliards pour lutter contre la drogue... et donc en maintenir le prix au niveau qui fait bien l'affaire du système. Le rapport de l'OMS est donc parti directement vers la poubelle.

Pas avant, toutefois, qu'une copie ne s'en soit égarée vers un magazine britannique respecté - le New Scientist - qui a dévoilé l'existence du rapport et le comportement assez peu scientifique de l'OMS. Deuxième horreur! Et c'est là que l'OMS prend l'approche Goebbels et se plonge dans l'abjection. "Il est évident - répond l'OMS- que l'usage du cannabis crée une foule de problèmes". Quels problèmes? Il n'y a pas à préciser, puisqu'ils sont "évidents"... Et vlan pour l'approche scientifique!

Comme il y a tout de même quelques penseurs indépendants qui ne sont pas convaincus, l'OMS, déjà au bord du gouffre du ridicule, décide de faire un pas en avant. "L'usage du cannabis est nocif" - dit Tokuo Yoshida, porte-parole de l'OMS - "parce qu'il modifie le jugement et la pensée..." "Ah bon ... et l'alcool alors" - se demandent même ceux qui comprennent lentement - "est-ce que ça ne modifie pas le jugement?"

C'est que l'alcool, bien sûr, a déjà vécu la Prohibition aux U.S.A et que sa consommation est trop répandue et sa fabrication trop facile pour qu'on puisse en faire une denrée rare. Il vaut mieux le taxer... Comme le tabac, qui est pourtant identifié comme le premier facteur contributif de morbidité en Amérique du Nord. Qu'ils crèvent, nous dit le système, pourvu qu'ils payent...

Quant au cannabis, c'est un produit dangereux. Pourquoi? Parce qu'il peut être produit de façon artisanale et qu'on ne peut pas en gonfler les prix au point d'en rendre le trafic vraiment attrayant... alors que sa consommation peut détourner une part du marché qui irait autrement vers la coke et les opiacés, des marchés vraiment contrôlables et bien lucratifs.

On sait bien que, tôt ou tard, il se plantera assez de cannabis entre le foin et la luzerne pour qu'on doive renoncer à l'interdire et que, par la même occasion, on découvrira que le cannabis est tout à fait inoffensif. On le grèvera d'une taxe, histoire de rentabiliser l'affaire et de remplacer le tabac qui sera devenu inacceptable.

En attendant, on continue de mentir et, parce qu'il n'y a pas de malheur dont ne sorte quelque bien, le système nous révèle ainsi à quel point il nous ment. Mentez, mentez... il nous en restera toujours quelque chose.

Pierre JC Allard




Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).


Page précédente

Page suivante

Litanie des avanies

Retour à l'accueil

Mesurez votre audience 1